Asmodée, le gardien du trésor de Salomon – Démonologie

Asmodée est l’un des plus célèbres habitants de l’enfer, démon de la luxure et des maisons de jeux, il deviendra aussi le gardien du trésor de Salomon d’après la légende.

Aujourd’hui, nous allons tenter de retracer les origines mythologiques du démon Asmodée, mais aussi découvrir son évolution dans le monde de l’occultisme et de la Goétie (ou magie noire).

Nous explorerons aussi son hypothétique présence dans l’église de Rennes-le-château ! L’abbé Bérenger Saunière aurait-il fait un pacte avec le démon afin de trouver le trésor du Razès ?

Sa présence ne serait-elle pas plutôt l’œuvre de Pierre Plantard qui aurait souhaité faire référence au trésor de Salomon dans une volonté mystique ?

▶ Soutenir la web TV sur Tipeee, accès aux accademia « voir conditions sur Tipeee » : https://www.tipeee.com/arcana-mysteres-du-monde

▶ Liste des Accademia : https://arcanatv.fr/liste-des-accademia

📚Commander mon livre : https://www.amazon.fr/Arcana-mystères-monde-Ludovic-Richer/dp/2380150044

🧑‍🎓 Rejoignez la chaîne pour bénéficier d’avantages lors des lives : https://www.youtube.com/channel/UCNpjt1HR25fpXmb-H28yajQ/join

Faire un Don via Paypal : https://www.paypal.me/arcanamdm

Bibliographie :

  • Jacques Collin de Plancy, Dictionnaire Infernal, 1863 (sixième édition avec des illustrations de Louis Le Breton)
  • Jean Wier, De praestigiis daemonum et Pseudomonarchia Daemonum
  • Jean Bodin, De la démonomanie des sorciers
  • Eloise Mozzani, Le livre des superstitions
  • Dictionaire historique de la magie et des sciences occultes
  • Nicolas Rémy, La démonolâtrie
  • Jacques Sirgent, ANGES, VAMPIRES, DÉMONS – Les combattants de l’ombre

— Dictionnaire infernal/6e éd., 1863, tard par Henri Plon —

Asmodée, Démon destructeur, le même que Samaël, suivant quelques rabbins. Il est surintendant des maisons de jeu. Il sème la dissipation et l’erreur. Les rabbins content qu’il détrôna un jour Salomon ; mais que bientôt Salomon le chargea de fers, et le força de l’aider à bâtir le temple de Jérusalem. Tobie, suivant les mêmes rabbins, l’ayant expulsé, avec la fumée du fiel d’un poisson, du corps de la jeune Sara qu’il possédait, l’ange Raphaël l’emprisonna aux extrémités de l’Égypte. Paul Lucas dit qu’il l’a vu dans un de ses voyages. On s’est amusé de lui à ce sujet ; cependant on a pu lire dans le Courrier de l’Egypte que le peuple de ce pays adore encore le serpent Asmodée, lequel a un temple dans le désert de Ryanneh. On ajoute que ce serpent se coupe par morceaux, et qu’un instant après il n’y paraît pas. Cet Asmodée est, au jugement de quelques-uns, l’ancien serpent qui séduisit Eve. Les Juifs, qui l’appellent Asmodai, faisaient de lui le prince des démons, comme on le voit dans la paraphrase chaldaïque. C’est aux enfers, dans Wierus, un roi fort et puissant, qui a trois têtes : la première ressemble à celle d’un taureau, la seconde à celle d’un homme, la troisième à celle d’un bélier. Il a une queue de serpent, des pieds d’oie, une haleine enflammée. Il se montre à cheval sur un dragon, portant en main un étendard et une lance. Il est soumis cependant, par la hiérarchie infernale, au roi Amoymon. Lorsqu’on l’exorcise, il faut être ferme sur ses pieds, et l’appeler par son nom. Il donne des anneaux constellés ; il apprend aux hommes à se rendre invisibles et leur enseigne la géométrie, l’arithmétique, l’astronomie et les arts mécaniques. Il connaît aussi des trésors, qu’on peut le forcer à découvrir ; soixante-douze légions lui obéissent. On le nomme encore Chammadaï et Sydonaï. Asmodée était un des démons qui possédaient Madeleine Ravent. Le Sage a fait d’Asmodée le héros d’un de ses romans (le Diable boiteux).