Phénomène – Le feu follet

Phénomène – Le feu follet

Ils apparaissent le plus souvent dans les marais, ou dans les cimetières. Serait-ce là un esprit revenu d’entre les Morts ? Un fantôme ? Non, loin de là. Et c’est pourtant le regard que portait les gens autrefois envers ce phénomène physique.

Phénomène : Le feu follet

Le feu follet est une lueur pâle et diffuse qui peut être jaune, bleue ou rouge. Il vole dans l’air à peu de distance du sol. Un feu follet à généralement l’aspect d’une flamme vacillante terminée par une aigrette irrégulière qui rappelle vaguement la couronne d’une grenade. Il se montre de préférence en automne par un temps calme. Il disparaît lorsque l’on s’en approche et était traditionnellement prit pour un esprit malin ou une autre créature surnaturelle.

Scientifiquement, on pense que les feux follets sont un phénomène issu de l’oxydation du PH3 (phosphine) et du méthane venant de la décomposition de matières organiques et qui s’enflamme facilement près de torches. Ces matières organiques produisent des gaz qui peuvent s’enflammer au contact de l’air. Quand une bulle crève, elle donne une petite flamme dansante qu’on appelle un feu follet.

Phénomène : Le feu follet

Dans les cimetières, c’est donc la décomposition des corps qui peut donner, à de rares occasions, ces fameux feux follets. Dans les marécages, ce sont les herbes qui pourrissent et se décomposent.

Toutefois, aucune explication scientifique n’a officiellement été retenue, celle que je vous ai citée ici est la plus probable et la plus connue. On dit aussi que les temps orageux favorisent leurs apparitions… Par la suite, les chimistes ont précisé le premier point de vue en supposant que le feu follet provient des matières organiques en décomposition, qui dégagent de grosses bulles de méthane, CH4, de diphosphine P2H4, d’hydrogène phosphoré (phosphine), PH3, rendu spontanément inflammable à l’air par une faible quantité d’hydrogène phosphoré liquide, PH2.

Phénomène : Le feu follet

Cette explication est sans doute vraie quant à la substance du feu follet, comme l’odeur de phosphore que le feu follet laisse quelquefois après lui en témoigne, mais elle ne concorde pas jusqu’au bout avec les faits. En réalité, le feu follet n’est pas une lueur instantanée; il peut briller dix, vingt, trente secondes et même, quoique rarement, plusieurs minutes. Il ne produit pas de fumée. Il n’enflamme pas, il ne roussit même pas les herbes sèches sur lesquelles il se pose. On doit nécessairement admettre que, dans le gaz qui constitue le feu follet, la proportion d’hydrogène phosphoré liquide ou de méthane est trop faible pour amener l’inflammation spontanée à l’air et que le météore brille seulement par une forme de phosphorescence, comme la couleur également le suggère. Mais alors, d’où vient cette lumière phosphorescente ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *