Les Lavandières de Nuit

Les Lavandières de Nuit

Les lavandières de nuit Les Lavandières de la nuit…Ces âmes errantes hantent de nombreuses cultures. La Bretagne, Terre de Légendes, se l’est tout naturellement appropriée. La naissance de cette légende est ancrée dans les lavoirs et fontaines ; près de son voisin l’Ankou, dans le Yeun Ellez (Monts d’Arrée).On raconte que ces lavandières ont été punies jusqu’au jugement dernier. Ces laveuses de vêtements, dans leur avarice, ont voulu économiser leur savon. Ainsi pour laver les vêtements des pauvres, elles préféraient user de cailloux, abîmant ainsi fortement leurs vêtements. Ceci leur valu, lors de leur mort, d’être condamnées à laver indéfiniment des vêtements, lors de nuits sans lune et sans étoiles, dans ces mêmes lavoirs où elles avaient jadis travaillé.Pour se venger, elles interpellent les passants, les entraînant à les aider à essorer et étendre le linge. La seule façon de ne pas finir les membres brisés et étouffés dans les linceuls est de tourner toujours les suaires dans le même sens. Ainsi, la lavandière, voyant que son travail n’en finit pas, se lasse et laisse sa victime libre.On retrouve dans les différentes cultures quelques divergences : elles seraient les lavandières préposées à laver les défunts et leurs vêtements, ne trouvant pas le repos éternel ; ou encore de mauvaises mères condamnées à laver les langes de bébés morts sans avoir été baptisés.

En réalité, deux théories ont été « élaborées » : les bruits perçus
la Les lavandières de nuit nuit seraient dus à des grenouilles très bruyantes. L’autre théorie relève du fait que certaines femmes ne trouvaient autre moment dans la journée pour faire leur lessive et s’y attelaient dès la nuit tombée.Je vous défie tout de même de vous aventurer au lavoir communal si vous y entendez quelques battements de bois lors d’une nuit sombre…D’ailleurs, ce récit recueilli d’un ancien devrait freiner votre témérité…C’est l’histoire de Job Postic…Il y a bien longtemps, Job Postic, la veille du jour des morts, était aller (trop !) boire ; la nuit venue, il se met en chemin ; il rencontre l’Ankou, reçoit plusieurs avertissements, mais continue sa route et croise les lavandières.Dès qu’elles aperçurent le joyeux compagnon, toutes accoururent avec de grands cris en lui présentant leurs suaires et lui criant de les tordre pour en faire sortir l’eau ; » Un petit service ne se refuse pas entre amis, dit il gaiement, mais chacune son tour mes belles lavandières, un homme n’a que deux mains, pour tordre comme pour embrasser « .Il déposa son bâton de marche à terre et pris le bout du drap que lui présentait l’une des mortes, en ayant soin de tordre du même côté qu’elle car il avait appris des anciens que c’était le seul moyen de ne pas être brisé.Mais pendant que le linceul tournait ainsi, d’autres lavandières Les lavandières de nuit entourèrent Job, qui reconnut là sa tante et ses soeurs, sa mère et sa femme. Toutes criaient :  » Mille malheurs à qui laissent brûler les siens dans l’enfer ! Mille malheurs ! »Et elles secouaient leurs cheveux épars, levant leurs battoirs blancs, et criant  » Mille malheurs! »Job sentit ses cheveux se dresser sur sa tête ; dans son trouble, il oublia la précaution prise jusqu’à lors et se mit à tordre de l’autre côté. A l’instant même, le linceul serra ses mains comme un étau, et il tomba broyé par les bras de fer de la lavandière…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *